Aujourd'hui

Une PAC verte et plus équitable pour répondre aux nouveaux défis de l’agriculture

Après plusieurs mois de débats et de discussions aux niveaux européen, national et régional, la nouvelle politique agricole commune (PAC) va être mise en œuvre dès le 1er janvier 2015, l'occasion de revenir sur les orientations de cette politique essentielle pour les agriculteurs. La France bénéficiera chaque année durant la prochaine programmation 2014-2020 de montants divisés en deux piliers : 9.1 milliards d'euros dont 7,55 au titre du 1er pilier (aides directes) et 1.55 milliard d'euros au titre du 2ème pilier (aides du développement rural dans le cadre du Fonds européen agricole pour le développement rural). Plus juste et tournée vers les jeunes agriculteurs grâce à une aide supplémentaire, cette nouvelle PAC permettra de déployer des montants importants en faveur de l'élevage qui a beaucoup souffert ces dernières années en France, mais également en faveur des zones difficiles et montagneuses. Les aides vont également prioritairement aux exploitations qui valorisent le mieux l'emploi, je pense aux petites exploitations qui bénéficieront de la surprime sur les 52 premiers hectares. Grâce à l'action du gouvernement et des eurodéputés socialistes - je salue à cet égard mon collègue Eric Andrieu pour son travail en tant que rapporteur -, la PAC encouragera des formes d'agriculture plus respectueuses de l'environnement en soutenant l'agro-écologie et en verdissant les pratiques agricoles. Par exemple en Rhône-Alpes, le budget de soutien à l'agriculture biologique augmente de 137% sur la nouvelle programmation, une excellente nouvelle pour les nombreux exploitants bio de la région, en particulier dans la Drôme (premier département producteur bio) où je m'étais rendue durant la campagne pour visiter une exploitation agricole (lire ici). Au plus près des préoccupations des exploitants agricoles, cette nouvelle PAC est un pas supplémentaire vers une agriculture plus juste et plus respectueuse de l'environnement. Nous comptons bien poursuivre cette orientation lors des prochains débats sur le sujet au Parlement européen.

Vidéos